À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Une terreur sacrée ? La violence à l’heure des crises du Moyen-Orient

Haoues Seniguer: Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon. Membre de l’ISERL (Institut Supérieur d’Étude des Religions et de la Laïcité), Lyon. Membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée.

_Depuis les attentats de New York, le 11 septembre 2001, préparés et exécutés par des membres d’al-Qaïda, on ne compte plus les exactions de plus ou moins grande ampleur perpétrées aux quatre coins du monde par des organisations, mouvements ou individus se réclamant de l’islam. Celles-ci, qui ne sont désormais plus confinées à des territoires extra-européens, provoquent terreur et effroi chez une majorité de gens, y compris chez les musulmans eux-mêmes. Pour autant, il est nulle question de chercher à distinguer un supposé bon islam d’un tout aussi supposé mauvais islam, opposer un supposé « islam des Lumières » à un supposé islam « obscurantiste », traquer les supposés mauvais musulmans pour les opposer aux supposés bons musulmans, ou l’inverse. Force est simplement de constater qu’à l’aube du XXIe siècle, l’islam est fréquemment l’objet d’investissements ou de commentaires fortement contradictoires, sinon passionnés, avec une islamophobie qui s’enracine en Europe. Il est impossible de nier la dimension religieuse des conflits qui sévissent au Moyen-Orient. Cela paraît évident. Il faut donc l’interroger en précisant un cadre théorique rigoureux.