À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Une histoire des forces spéciales.

Jean-Dominique Merchet, Une histoire des forces spéciales., Ed. Jacob-Duvernet, 2010, 263 p.

Ils font la Une de tous les magazines, de la presse et de la télé. Ils sont sur tous les théâtres d’opérations. Cagoulés, lourdement armés, très entraînés, les hommes des services spéciaux sont à la mode, baroudant dans les plaines d’Irak ou les montagnes d’Afghanistan.

Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Israël et Italie sont en pointe dans ce domaine. C’est en Afrique du nord que ces unités d’élite ont été inventées par les Britanniques sous le nom de SAS, en 1941. Elles ont été engagées en Libye, Egypte, Tunisie, Crète, Liban. Américains, Anglais et quelques Français Libres aidèrent les maquisards en Grèce, en Albanie, en Yougoslavie, en Italie et en Corse. Quant aux nageurs de combat italiens, ils ont attaqué les Alliés dans les ports de Crète (début 1941), d’Egypte, d’Algérie, ainsi qu’à Malte et Gibraltar.

Si, durant la Deuxième Guerre mondiale, les forces spéciales alliées combattent pour la bonne cause, au moment de la décolonisation, les choses vont se gâter, en particulier chez les Français. Durant la guerre d’Algérie, ils seront en pointe dans « l’action psychologique  », mais pas seulement psychologique ! Le 11e Choc, bras armé du SDECE (le service d’espionnage français) monte des coups tordus en Algérie, en Tunisie, au Maroc, arraisonnant des bateaux bulgares, yougoslaves et maltais qui transportent des armes pour le FLN. Ces barbouzes tuent aussi des cadres du FLN à l’étranger, ainsi que des marchands d’armes sous le nom de « La main rouge », soi-disant organisation de pieds noirs. Puis vient le temps des centurions pendant la bataille d’Alger avec des tueurs comme Aussaresse et Massu, la torture et la liquidation de prisonniers. Certains passeront même avec armes et bagages à l’OAS. Les services israéliens ne sont pas en reste, commettant des assassinats et des attentats dans les territoires occupés et l’ensemble du monde arabe. En 1992, ont retrouve aussi les forces spéciales françaises à l’oeuvre en Bosnie, au Kosovo et en Albanie.