Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Rente et désindustrialisation

Youcef Benabdallah: Professeur à l’INPS (Alger), chercheur au CREAD (Alger) et chercheur associé au CEPN (Paris).

L’industrie est entrevue dès le début de l’indépendance comme un moyen pour affranchir le pays des structures économiques et sociales archaïques et de la dépendance vis-à-vis de l’extérieur qui est perçue le plus souvent comme une continuation de la colonisation. L’Etat algérien s’est rendu maître de l’entreprise du développement dès le départ. La nationalisation des hydrocarbures et le premier choc pétrolier le rendait, au nom de la collectivité, titulaire d’une importante rente et donc en mesure de financer les investissements lourds, d’en assurer les surcoûts durant la phase de démarrage et d’alléger, pour la paysannerie et la classe ouvrière, les coûts humains liés à l’ambitieux programme de développement.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 71 : Souveraineté économique et réformes en Algérie, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2010-2.htm