À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Politique commerciale, intégration régionale sud-sud et souveraineté économique en Algérie.

Nassim Oulmane: Economiste à la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique, Bureau Afrique du Nord.

Les dernières évolutions restrictives du code des investissements en Algérie posent avec acuité la question de la cohérence entre les politiques économiques mises en oeuvre au cours de la dernière décennie et certaines décisions prises au nom de la souveraineté économique. Du point de vue de la politique commerciale, l’Algérie a été relativement active ces dernières années. En effet, après une longue période sans réelle ouverture en matière commerciale, elle a été assez présente sur plusieurs fronts : multilatéral, régional et bilatéral. Cet activisme commercial a dans un premier temps pour objectif de rééquilibrer et de rendre plus cohérente la structure tarifaire du pays. En effet, une analyse rapide de cette dernière montre que le niveau moyen de protection douanière appliqué par l’Algérie aux pays arabes est plus élevé que celui qu’elle applique au reste du monde. Autrement dit, l’Algérie se protège plus des exportations des pays arabes que de celles de l’Union européenne (UE). Or la capacité d’exportation des entreprises européennes est nettement plus performante que celle des entreprises des pays arabes.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 71 : Souveraineté économique et réformes en Algérie, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2010-2.htm