Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Palestinisraël : Voyage en pays inconnu

JPEG - 5.4 ko

Sébastien Boussois, Palestinisraël : Voyage en pays inconnu,172 p, Éditions du Cygne, Paris, 2009.

Docteur en sciences politiques et chercheur associé à l’École des Hautes Études (Sorbonne), Sébastien Boussois est aussi spécialiste du conflit israélopalestinien et homme de terrain. Alors qu’écrivains, journalistes et photographes mettent habituellement l’accent sur les conflits et les tensions entre Palestiniens et Israéliens, il nous donne dans ce livre une vision inhabituelle, souvent pleine d’émotion et d’humour.

En effet, à travers de superbes clichés photographiques en noir et blanc, pris au cours de ses déplacements, et une série de chroniques rédigées à cette occasion, il nous invite à re-découvrir, sous un jour nouveau, des habitants de la « Terre Sainte ». Comme il l’écrit : «  D’une situation cocasse à une situation dramatique, une centaine de photos témoignent malgré tout que ce pays est un et indivisible et que tous ces gens sont condamnés à vivre ensemble. » L’orthographe qu’il a choisie pour le titre de son livre attire d’ailleurs l’attention et en est une illustration.

Sébastien Boussois nous emmène longuement à Jérusalem, à Tel Aviv « Ville phare sur la lumineuse Méditerranée », à Ramallah où reposent Yasser Arafat et Mahmoud Darwich dont il cite un poème, à Manara, à Jéricho et dans d’autres villes et villages. Pour illustrer la diversité et évoquer bien des souvenirs, il nous conduit sur la Mer Morte « qui se meurt » et sur le Mont Sodome qui évoque Gomorrhe, puis dans une zone désertique.

Dans les cités, il nous promène de quartier en quartier pour visiter des lieux illustres comme le Saint Sépulcre et le Dôme du Rocher de la mosquée Al Aksa à Jérusalem mais aussi le Samara Café « qui ne paye pas de mine. » Tenu par deux frères palestiniens chrétiens, il est pourtant très fréquenté. On y déguste dinde, kebab, sandwiches, etc… en buvant du vin ou de la bière. La plus chère est la palestinienne Taibeh, fabriquée dans la ville du même nom. Pourquoi ? Incroyable : « Parce qu’elle est importée » explique le patron. En effet, bien qu’à seulement quelques dizaines de kilomètres, « Elle est Derrière la frontière. Derrière le mur… En Cisjordanie ! « La Taibeh permettrait presque de tout comprendre à la situation israélo-palestinienne », écrit Boussois.

Évidemment, sur les sites célèbres, il rappelle brièvement leur contexte historique et raconte aussitôt avec humour les situations paradoxales du « vivre ensemble » dont il a été témoin. Un vrai régal que je vous invite à découvrir et à déguster !