Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Les relations franco-tunisiennes de 1956 à 1964

Samya El Mechat: Directrice de recherche à l’ Institut national du patrimoine de Tunis (INP).

En accordant à la Tunisie "l’indépendance dans l’interdépendance organisée", le Protocole du 20 mars 1956 s’inscrit dans le prolongement des conventions de juin 1955. Il prévoit en effet le maintien d’une prééminence française dans les secteurs clefs de la Défense, des Affaires étrangères et de l’ordre public. Cette perspective est inacceptable pour les dirigeants tunisiens. La surenchère de Salah Ben Youssef, la présence de l’armée française, les difficultés avec l’Egypte de Nasser et la puissance de l’ALN n’autorisent Bourguiba à aucune souplesse dans sa politique envers la France. La Tunisie montre bien vite qu’elle a les moyens d’agir et la France à cet égard a mené un combat d’arrière-garde. Le processus de décolonisation radicale est bien engagé au cours de cette phase qui voit s’opérer le difficile transfert des compétences. Français et Tunisiens passent leur temps à "s’affronter" et à "négocier" à la fois. Il a fallu plus de huit ans et de nombreux échanges de vues et rencontres pour instaurer "sur la base de l’indépendance et de l’égalité" des relations de coopération entre les deux pays.
PDF - 68.3 ko

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 36 : Corse : Les enjeux de l’après-Matignon, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2001-1.htm