Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Les nouveaux penseurs de l’islam

Rachid Benzine, Les nouveaux penseurs de l’islam, Albin Michel, Paris, 2004, 300 pages, 18,50€

L’apport des nouveaux penseurs de l’islam et leur existence même sont pratiquement ignorés de l’honnête homme européen et de la plupart des musulmans. C’est Georges Corm qui, le premier, avait attiré mon attention sur eux en m’envoyant trois articles de Ziad Hafez que venait de publier Al- Mouaten, revue du Mouvement du citoyen libanais. Le premier (n°32, aoûtsept. 1996) était consacré au Syrien Mohamad Shahrour, né en 1938, et à sa Relecture du Coran, le second (n°34, déc.- janvier 1997) à l’Égyptien Nasser Hamed Abouzeid, né en 1944, le troisième (n°36, avril-mai 1997) au Libyen Sadek El-Nayhoum (1937-1995). J’avais alors souhaité qu’une revue française les publie et les ai présentés dans L’Islam (collection « Idées reçues », Le Cavalier Bleu, Paris, 2002) ; ce voeu est toujours d’actualité pour compléter l’étude fort utile de Rachid Benzine.

Dans son ouverture, « L’islam et le défi de la modernité », Benzine rappelle les problèmes de la civilisation arabo-islamique qui, après avoir été à la pointe de la modernité du VIIIème aux XIIIXVème siècle, est entrée dans une période de déclin. En réaction, apparaissent les pré-réformistes qui, du XVIIIème au début du XXème siècle, ouvrent la voie aux nouveaux penseurs. Pour ces derniers, si le Coran est la parole de Dieu, elle n’en a pas moins été révélée à une époque donnée et transcrite en arabe par des hommes susceptibles de se tromper. Ils soumettent donc le texte coranique au crible de l’analyse littéraire et de la critique historique, examinent l’évolution des dogmes et des institutions, s’interrogent sur les interprétations juridiques et théologiques successives afin de dégager, chacun selon sa culture et sa formation, les éléments fondateurs d’une modernité islamique.

L’éventail retenu par Benzine est assez large. Il comprend l’Iranien Abdul Karim Sorouch, l’Algéro-Français Mohamed Arkoun, auteur, entre autres, de Pour une critique de la raison islamique (Maisonneuve et Larose, 1984) sans doute le plus connu, le Pakistanais Fazul Rahman, les Égyptiens Amin al-Khuli, Muhammad Khalafallah, Nasr Hamid Abû Zeid et plusieurs autres de leurs compatriotes, le Tunisien Abdelmajid Charfi et l’Indo-Pakistanais d’Afrique du Sud Farid Esack.