À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Les femmes entre violences et stratégies de liberté. Maghreb et Europe du Sud

Dir. de Christiane, Veauvy, Marguerite, Rollinde et Mireille Azzoug, Les femmes entre violences et stratégies de liberté. Maghreb et Europe du Sud, Editions MSH et Bouchêne, 2004, 400 p., 25€

Cet ouvrage réunit les contributions d’une trentaine de spécialistes des pays du Maghreb et de l’Europe du Sud (Espagne, France, Grèce, Italie, Portugal), faites au cours d’un colloque international, qui s’est tenu à Paris en mars 2003.

A quelles violences, les femmes ont-elles été et sont-elles confrontées en Méditerranée occidentale  ? Quelles pratiques inventent-elles pour mettre en oeuvre des stratégies de liberté ? C’est la problématique de cette recherche interdisciplinaire passionnante. Ce livre est une mine d’informations sérieuses, fondées sur une bibliographie ample et diversifiée. Mais il est aussi un ouvrage qui aide à la réflexion sur un sujet souvent mal traité. La première partie permet à des historiens d’éclairer le présent par l’histoire : Michelle Perrot s’interroge sur les femmes sujets de l’histoire. Mohamed Harbi rend compte des luttes difficiles des femmes pour leur émancipation en Algérie. Yannick Ripa nous rappelle les stratégies anti féministes dans la guerre civile espagnole. Dans une deuxième partie, des sociologues et des juristes font le point sur les violences à l’encontre des femmes en Algérie (Dalila Lamarène-Djerbal), en Italie (Renate Siebert qui parle notamment des mafias), au Maroc (Fatna El-Bouih).

Ce type de compte rendu, très court, est injuste pour les auteurs non cités. Que l’on veuille bien nous pardonner. Signalons parmi les articles pour la plupart excellents celui de Nilüfer Göle sur le voile. Elle y insiste sur le corps comme élément décisif de la fracture sociale entre femmes et entre cultures. Elle rappelle l’importance du corps et de sa libération dans le féminisme des années 70 et elle confronte cette vision à celle du corps islamique, soumis à la volonté divine. Elle ne juge pas. Elle s’interroge sur le renouveau de la religion dans le monde contemporain, comme signe d’un questionnement sur les acquis de l’ultra-modernité. Même si, comme l’auteure de ces lignes, on a choisi son camp, celui de la liberté du corps, on ne peut pas faire l’économie d’une réflexion sur ce sujet.

Après une troisième partie très riche sur la prostitution, l’ouvrage se termine sur une interrogation : « Vers la Méditerranée des femmes ? ». Citons seulement la contribution de Zakya Daoud, sociologue et journaliste, qui dresse un tableau très complet des mouvements féministes au Maghreb et de leurs luttes. Ces mouvement, nous dit-elle, sont porteurs de la difficile émergence de l’individu contre la loi du groupe. Dans sa conclusion, elle met en garde contre les régressions au nord et au sud de la Méditerranée : « Partout où il y a des régressions politiques, économiques et donc sociales, le statut, la condition du sujet féminin est immédiatement mis en cause ».

C’est un livre important, qui ne se lit pas d’un trait. C’est le genre d’ouvrage que toute personne intéressée ou qui plus est spécialisée dans les problèmes de la Méditerranée devrait posséder dans sa bibliothèque.