Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Le pharaon renversé. Dix-huit jours qui ont changé l’Égypte


Robert Solé, Le pharaon renversé. Dix-huit jours qui ont changé l’Égypte Les Arènes, Paris, 2011, 19,80 €, 246 p.

Né au Caire en 1946, Robert Solé, auteur d’une vingtaine d’ouvrages consacrés à l’Égypte, a été journaliste au quotidien Le Monde de 1969 au printemps de cette année où il est parti à la retraite. Son dernier livre est fondamental pour découvrir le déroulement des dix-huit jours qui ont changé l’Égypte. Le 18 janvier 2011, il était au Caire où il venait d’achever un livre consacré à Ramsès II. Il regagne Paris quand, le 25, éclate la révolte qui va renverser Hosni Moubarak au pouvoir depuis 1981. Il écrit : « Je suivrai heure par heure ce qu’on ne tardera pas à appeler La Révolution du 25 janvier ».

Grâce aux organes d’information et à ses nombreux contacts avec diverses personnalités et des manifestants, il raconte en détail, au jour le jour, les événements qui se déroulent dans la capitale, à Alexandrie, à Suez et dans d’autres villes mais ne se contente pas du récit : il situe la révolte dans son contexte historique. Il rappelle ce qui s’est passé en Tunisie, à partir du 17 décembre 2010, lorsque Mohamed Bouazizi, en s’immolant par le feu, a déclenché la « Révolte du jasmin » qui provoque la fuite du dictateur Zine Abidine Ben Ali et lance le « Printemps arabe », qui gagne l’Égypte puis plusieurs autres pays. Pour aider à mieux comprendre le déroulement de la révolte et ses répercussions à l’échelle régionale et internationale, Solé apporte l’éclairage de sa culture et de sa profonde connaissance du pays. Quelques exemples : il rappelle que la Place Tahrir, « Place de la Libération », s’appelait Place Ismaïl, du nom du khédive Ismaïl Pacha (1830-1895), avant d’être rebaptisée en 1952, lors de la révolution de Gamal Abdel Nasser qui a renversé la monarchie et proclamé la République. Lorsqu’il décrit des manifestants et leurs slogans, il rappelle, exemples à l’appui, le sens inné de l’humour chez les Égyptiens. Quand il cite des personnalités, il précise leur identité, résume leur parcours et s’interroge sur leur rôle, comme dans le chapitre 3, intitulé « Le Raïs », consacré à Hosni Moubarak, et le 4, ”Baradei président ?” dans lequel il s’interroge sur le rôle de l’ancien président de l’AIEA, Association internationale de l’énergie atomique, Prix Nobel de la Paix 2007.

Le chapitre 21, « Inquiétudes israéliennes » aborde un enjeu important à l’échelle régionale. Je vous invite à découvrir les vingtneuf autres chapitres. Deux mois après le 25 janvier, Robert Solé est retourné au Caire et il nous livre ses constats et ses réflexions en quelques pages.

Le livre a aussi une dimension pédagogique. Ainsi, à la fin, un paragraphe résume l’essentiel de chacun des dix-huit jours de la révolte et quatre pages de « Repères » sont consacrées à trentesix personnalités importantes dont il précise l’identité et le rôle. Au milieu de l’ouvrage, vingt photos, accompagnées d’un bref commentaire, illustrent de grands moments de cette révolution au pays des pharaons.