À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

La torture comme pratique d’Etat dans les pays du Maghreb

Lahouari Addi: Professeur de sociologie à l’IEP de Lyon. Dernier ouvrage paru : « Algérie, chroniques d’une expérience de modernisation postcoloniale », éditions Barzakh, Alger, 2012.

Même si elle est niée par le discours officiel et interdite par la loi dans les trois pays du Maghreb, la torture, bien présente comme l’attestent de nombreux témoignages, est au coeur de la problématique du politique en ce qu’elle informe sur les rapports réels entre le régime et ses opposants et donc sur le faible degré d’élaboration de l’Etat en tant qu’ensemble de pouvoirs et de contre-pouvoirs institutionnels. La torture n’est pas une pratique policière marginale, ne touchant qu’exceptionnellement une minorité d’opposants. Elle est révélatrice de la nature autoritaire du régime et il suffit qu’un seul administré soit torturé pour que n’importe qui soit susceptible de l’être. Mais pourquoi les Etats du Maghreb n’arrivent-ils pas à interdire dans les faits cette pratique qui discrédite les services de police et qui décrédibilise la justice ? C’est à cette question que tente de répondre cet article.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 51 : Régimes politiques et droits humains au Maghreb, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2004-4.htm