Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

La porte étroite : les musulmans dans la République

Robert Bistolfi: Membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée.

En quelques décennies, une « communauté » musulmane s’est constituée en composante significative, très diverse, active et visible, de la société française. Cette modification du paysage culturel est intervenue à un moment où le pays était fragilisé par une double crise : crise d’un projet social hérité de la Résistance et des Trente Glorieuses, aujourd’hui miné par la mondialisation économique libérale ; crise aussi d’une Union européenne qui s’affichait porteuse d’idéaux mais a été incapable de dessiner un avenir autre que conforme aux exigences d’un marché sans entraves. En l’absence d’un nouveau projet social et sociétal réellement égalitaire, qui serait apte à intégrer avec un minimum de conflits ses diversités, le pays voit maintenant toutes ses composantes dangereusement taraudées par des inquiétudes identitaires que des acteurs divers exploitent. Jugée contestable en raison de certains usages, notamment à la droite et à l’extrême droite de l’échiquier politique, avec l’idée d’une menace musulmane globale au plan intérieur, la notion d’« insécurité culturelle » caractérise assez bien, pourtant, cette période où chacun s’interroge sur l’avenir qui sera le sien : à une crainte du déclassement largement présente, s’ajoutent des blessures touchant aux liens d’appartenance symbolique. Ces diverses fragilités ne sont pas propres à la société majoritaire ; elles traversent et structurent aussi les mouvances minoritaires. Les affronter simultanément, en réduisant les instrumentalisations de l’identité, est sans doute un enjeu politique central de la période.