Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

La guerre saoudienne contre le Hezbollah libanais. Répercussions locales d’une rivalité régionale

Aurélie Daher: Docteur en science politique (Sciences-po Paris) et spécialiste du Hezbollah et de la politique libanaise. Elle est actuellement chercheur à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni).

Début mars 2016, l’Arabie saoudite, à la tête du Conseil de Coopération du Golfe, qualifie officiellement le Hezbollah libanais d’« organisation terroriste » – une première. Cette décision intervient dans le cadre de la dégradation sérieuse des relations entre le Royaume et l’Iran et la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays deux mois plus tôt, à l’occasion de l’exécution par Riyad du cheikh Nimr Nimr, un opposant saoudien de confession chiite. Mais les effets de cette guerre saoudienne contre l’Iran par Hezbollah interposé n’affectent pas uniquement le grand rival régional de l’Arabie. Le Hezbollah n’est pas le seul acteur libanais pénalisé, la coalition du 14 Mars, pourtant pro- saoudienne, est elle aussi rappelée à l’ordre, incitée à agir contre son adversaire politique local – au risque de déstabiliser dangereusement le pays.