À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

La crise autour du programme nucléaire iranien. L’accord de Vienne : un vent nouveau mais...

Bernard Ravenel: Membre du comité de rédaction de Confluences Méditerranée

L’importance des enjeux énergétiques au Moyen-Orient ne doit pas occulter celle du contrôle de la prolifération des armements dans cette région principale destinatrice mondiale des livraisons d’armes de toute nature. C’est surtout la prolifération des armes de destruction massive (ADM) qui représente aujourd’hui le risque majeur. Pour de nombreux pays de la région, le développement de programmes chimiques, bactériologiques et nucléaires apparaît comme l’unique réponse à l’arme nucléaire détenue dans la région par le seul Etat d’Israël. Or l’armement non-conventionnel, on vient de le constater avec l’emploi de l’arme chimique par la Syrie, n’est pas toujours perçu dans la région comme un moyen de dissuasion mais comme un outil opérationnel d’ordre tactique. D’où l’importance majeure de faire de cette région une zone exempte d’ADM comme l’a proposé Obama dès 2009. La conférence de Vienne sera-t-elle le premier maillon au moins symbolique dans cette perspective décisive pour la paix mondiale ?