À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

L’empreinte, récit de la guerre d’Algérie

Claude Schmitt, L’empreinte, récit de la guerre d’Algérie, Actes Sud, 2004

Attendre la guerre. Le narrateur de ce récit se déclare aux deux tiers du texte, où surgit un Je qui le nomme, Claude Schmitt, en même temps qu’il révèle son état d’officier dont il a rappelé les privilèges (casemate en dur au lieu de « tentes puantes », café moulu au petit déjeuner…). Officier, il est chargé de missions en tête des colonnes qui partent à l’aube et à tâtons pour des opérations. Comme d’autres qui l’ont raconté ou le raconteront (j’ai rencontré Jacques Dieu à Vichy et Jacques Grémillet à Montluçon pour la présentation de Mes Algéries en France ; ils ont eux aussi vécu dans cette région aride les mois de leur service militaire, comme certains des appelés de Claire Mauss-Copeaux : À travers le viseur, Algérie 1955-1962, éd. Aedelsa, 2003), Claude Schmitt opère sur les hauts-plateaux : le froid, la neige, l’attente de l’événement improbable. Les opérations elles-mêmes font partie de la routine  : incendies de mechtas, ratissages… On ne voit pas les hommes et les femmes réprimés, pourchassés. Peut-être un berger au milieu de ses moutons, victime d’un coup de feu ? Le seul moment d’émotion pour les soldats, un renard roux, mitraillé, son sang sur la neige, l’officier achève la jolie bête blessée. Ce parti pris du narrateur de ne pas montrer la mort des civils donne sa force au récit, de même que cette insistance sur la froide routine d’une guerre contre des « suspects ». On pense à d’autres guerres coloniales d’aujourd’hui, Moyen-Orient, Irak, Tchétchénie…

À propos de l’Algérie, à signaler un livre collectif important qui fait entendre des voix multiples, pas toujours concordantes (c’est ce qui fait sa qualité) : Elles et Eux et l’Algérie dirigé par l’éditeur et écrivain Michel Reynaud aux éditions Tirésias, 2004. À signaler également une nouvelle revue : Riveneuve, Continents dirigée par Alain Sancerni (n° 1, novembre 2004), Riveneuve éditions, « Revue des littératures de langue française ». Ce premier numéro centré sur « l’auteur en quête de société » est très intéressant car il s’agit d’une question à laquelle ont réfléchi des écrivains et des politiques de tous les continents où la langue française produit des livres de création littéraire et d’analyse politique.