Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

L’Italie ou la nécessité d’Europé

Fabio Liberti: Chercheur à l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)

Lorsque l’on parle de Silvio Berlusconi, en Italie ou en Europe, il est simple d’évoquer sa réussite économique et financière, acquise de façon douteuse, son succès politique incontestable en Italie, ses grandes qualités de gaffeur. Si on évoque le nom de Silvio Berlusconi et qu’on s’interroge sur sa vision du monde, ce sont les Etats-Unis et la Russie qui seront naturellement évoqués. En effet, l’Italie, sous le leadership de Silvio Berlusconi ne s’est jamais distinguée par une politique européenne particulièrement efficace. L’Europe n’a jamais été la préoccupation principale de Silvio Berlusconi, ce qui a provoqué, depuis 2001 et son accession au pouvoir, un affaiblissement de l’influence italienne au sein de l’UE, la parenthèse du gouvernement Prodi (17 mai 2006 - 7 mai 2008) étant trop courte pour véritablement influencer cet état de fait. Le retour au pouvoir de Silvio Berlusconi, suite à son succès aux élections politiques du 13 et 14 avril 2008, pourrait toutefois marquer un revirement de la politique étrangère et européenne de l’Italie.

Vous pouvez vous procurer, en version numérique, cet article ou l’intégralité du Numéro 68 : Italie : le grand bond en arrière ?, sur le site de Cairn.info à l’adresse suivante : http://www.cairn.info/revue-confluences-mediterranee-2009-1.htm