Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

L’Algérie au lendemain des législatives
La consécration d’un ordre rentier précaire

Nadji Safir: Institut de Sociologie de l’Université d’Alger nadji.safir@gmail.com
24 mai 2012
Les résultats officiels des élections législatives du 10 mai 2012 en vue du renouvellement de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) sont connus. L’importance de l’abstention, officiellement établie à 56,86%, doit y être relevée comme un phénomène politique et social majeur, marquant la faible adhésion de la population au processus électoral engagé. Et ce, alors même que la campagne électorale, en termes de communication, a été menée dans un contexte marqué du côté des autorités par une exagération outrancière, voire une dramatisation tout à fait excessive de l’importance des enjeux liés à la participation au scrutin.

Or, au final, les deux partis constituant le cœur de l’Alliance Présidentielle sortante – le Front de Libération Nationale (FLN) et le Rassemblement National Démocratique (RND) – qui, entre autres grâce aux dispositions du mode de scrutin retenu, obtiennent respectivement 221 et 70 sièges de la future APN, ont une base électorale de 1 324 363 et 524 057 voix sur un corps électoral total de 21 645 841 électeurs dont 9 339 026 votants et 7 634 979 suffrages exprimés. En fait, les deux partis – FLN et RND – tout en obtenant 62,85% des sièges, ne réunissent, en dernière analyse, sous leurs deux bannières que : 8,53% des inscrits, 19,79% des votants et 24,21% des suffrages exprimés. C’est donc dire combien leur base sociale réelle est limitée par rapport à l’ensemble de la société en direction de laquelle ils doivent agir. De tels résultats que l’on peut supposer comme peu susceptibles d’avoir été manipulés à la baisse par une intervention de l’administration en raison de la forte et directe proximité des deux acteurs impliqués – FLN et RND – avec elle, tout comme ceux obtenus par les formations politiques inscrites dans la mouvance islamiste - la principale coalition de partis islamistes, l’Alliance de l’Algérie Verte, comprenant le Mouvement pour la Société de la Paix (MSP) qui participait à l’Alliance Présidentielle sortante, obtient 47 sièges et 475 049 voix - nous interpellent quant à leurs causes. Six grands ensembles de déterminations méritent d’être soumis à examen et débat :
1- La centralité croissante dans la société algérienne de la rente économique liée aux hydrocarbures et de l’ensemble des enjeux individuels et collectifs liés aux modalités d’accès direct et indirect à ses ressources : depuis plusieurs décennies déjà, mais de manière encore plus nette depuis les années 2000, la société algérienne est dominée par un contexte économique rentier de plus en plus nettement accentué, voire caricatural. En effet, les ressources liées aux hydrocarbures représentent sensiblement 35/4O% du Produit Intérieur Brut (PIB), 65/70% des ressources budgétaires de l’Etat et 98% des exportations. Et c’est ainsi que l’accès à ces ressources dont la gestion est assurée par le pouvoir politique central, seul en charge des modalités de leur redistribution, est devenu un enjeu décisif pour toutes les stratégies individuelles et collectives. En fait, d’une manière ou d’une autre, directement ou indirectement, tous les acteurs sociaux vont développer des stratégies afin de maximiser leurs avantages dans la compétition généralisée qui se déroule autour de l’accès aux ressources concernées. Les catégories sociales ayant bénéficié sous une forme quelconque de la redistribution de ces ressources rentières – mieux assurée ces deux dernières années sous les formes les plus diverses comme pare-feu face aux risques de contagion du « printemps arabe » - sont celles qui ont constitué la base sociale majeure de l’électorat FLN/RND, comme noyau politique central du pouvoir en place et donc, garant du statu quo redistributif. Pour l’essentiel, elles sont composées des couches salariées moyennes et supérieures articulées autour du fonctionnement de l’ensemble des structures publiques : administrations centrales et territoriales, entreprises publiques et locales. Ainsi que des propriétaires des entreprises privées bénéficiant des marchés publics et des artisans et/ou petits producteurs ayant bénéficié de prêts publics bonifiés, notamment dans le secteur de l’agriculture, et des mêmes couches salariées moyennes et supérieures oeuvrant dans le secteur privé. Elles peuvent toutes être considérées dans une lecture en termes de « insider/outsider » utilisée dans certaines approches sociologiques et économiques à propos de l’emploi - et que l’on pourrait rendre par « accédant/non accédant » - comme étant des « insiders/accédants » pour, à la fois, l’emploi et/ou le revenu et donc, de fait, d’une manière ou d’une autre, pour les précieuses ressources rentières. Peuvent également être considérées dans ce cas les catégories sociales contrôlant grâce aux politiques publiques mises en œuvre le fonctionnement des circuits de distribution de « l’économie de bazar » et des diverses formes d’économie informelle objectivement mises en place et qui, culturellement, idéologiquement et fonctionnellement souvent plus proches de la mouvance islamiste, vont constituer la base sociale principale des formations islamistes entrées en compétition. L’ensemble formé par les diverses catégories sociales évoqués, en règle générale composé de citoyens plutôt âgés et relativement bien insérés économiquement et socialement, notamment en termes de réseaux sociaux, souvent de nature clientéliste, articulés sur les canaux formels et informels de redistribution de la rente - de fait donc, tous des « insiders/accédants » - va constituer l’essentiel de l’électorat qui a participé au processus électoral du 10 mai dernier.
2- Le désintérêt croissant à l’égard des processus politiques officiels de la part d’une jeunesse économiquement marginalisée et qui se sent exclue de la redistribution rentière : face à cet ensemble, composé « d’insiders/accédants », dans une société pourtant dominée par les jeunes – l’âge médian actuel est de 28 ans - existent d’innombrable « outsiders/non accédants », majoritairement jeunes qui vont constituer l’essentiel des abstentionnistes enregistrés. Comme le révèlent, à la fois, le niveau limité de la contribution en 2010 au PIB de l’industrie (5%) et de l’agriculture (8%) et la généralisation du recours massif aux importations, y compris de produits sans aucune complexité technologique, illustrant le processus paradoxal de désindustrialisation qui affecte le pays, tous les secteurs économiques potentiellement créateurs d’emplois sont en crise profonde. Avec, comme conséquence directe la plus lourde de cette grave crise, l’importance croissante du chômage et du sous-emploi, particulièrement sévères chez les jeunes affectés par un taux de chômage réel moyen de l’ordre de 35/40% et, en réalité, dans certaines zones géographiques, bien supérieur. A l’exception des catégories, nettement minoritaires, de jeunes les plus qualifiés et les mieux insérés socialement – soit directement, soit dans le cadre de stratégies familiales – ce sont eux qui développent des stratégies de survie dans le cadre de l’économie de la « débrouille » mentionnée et en voie d’expansion, tentant ainsi, eux aussi, d’accéder à leur manière aux ressources rentières. En règle générale, déçus par les résultats qu’ils obtiennent, ils ont le net sentiment d’être exclus des circuits majeurs de la redistribution rentière qui, en tout état de cause, ne les concerne qu’à la marge et, dans les faits, ne parvient ni à réduire leur vulnérabilité, ni à assurer leur insertion sociale, les renforçant dans leur positionnement « d’outsiders/non accédants ». Même lors qu’il leur arrive de travailler dans le secteur formel dont ils forment, de par leur faible niveau de qualification, les couches salariées inférieures, ils vivent une condition de travailleur pauvre dont les effets négatifs ne sont atténués que par le « filet social » de la solidarité familiale, encore active dans la société. Tentant à leur manière d’exprimer leurs sentiments de révolte, ainsi que leurs frustrations et ressentiments, dans des processus plutôt individuels et localisés, ils sont les principaux acteurs des multiples émeutes locales généralisées à travers le pays et qui contribuent à y créer les conditions d’une préoccupante situation d’anomie sociale. Face aux processus politiques officiels, tels que celui des récentes élections législatives, ils ne se sentent que très faiblement concernés et vont constituer l’essentiel de la base sociale de la très forte abstention enregistrée.
3- L’évolution de la dynamique islamique présente dans la société algérienne vers des pratiques plus religieuses, sociales et culturelles que réellement politiques : maintenant durablement installée dans la société algérienne – au moins depuis le tournant des années 1980/1990 – il existe une dynamique idéologique, culturelle et sociale complexe qui, progressivement, a fait de la matrice intellectuelle islamique un des déterminants majeurs de tous les domaines de la vie en société. En effet, sur cette période historique, un mouvement d’islamisation de la société, a directement contribué à installer au sein même des mentalités individuelles et collectives, diverses problématiques islamiques – y compris dans certaines de leurs versions « salafistes » - comme devant désormais constituer les seules options possibles, à l’exclusion de toutes les autres. De ce point de vue, on ne soulignera jamais assez le rôle joué par cinq importants ensembles d’acteurs institutionnels dont les logiques, pratiques et discours dominants auront fini par converger, créant ainsi les conditions d’une hégémonie culturelle de nature islamique au sein de la société : le système éducatif, le réseau des mosquées, les institutions religieuses traditionnelles, notamment les « zaouias », les médias nationaux publics et les chaînes de télévision satellitaire arabes. Le soutien ostensible accordé par le pouvoir politique en place au mouvement d’islamisation à l’œuvre dans la société, tant qu’il se « limite » à des pratiques religieuses, sociales et culturelles, a contribué à le faire percevoir – en premier lieu le FLN, surtout en raison de l’action publique de certains de ses courants – par de larges couches de la société comme garantissant une offre politique crédible à caractère « suffisamment islamique » en termes de contenus religieux, sociaux et culturels tels qu’exprimés par la demande sociale. Cette offre islamique « moyenne » est d’autant plus attrayante qu’en permettant d’éviter le recours aux risques de dérives politiques que pourraient représenter les partis islamistes eux-mêmes, elle apparaît comme un compromis social acceptable, en premier lieu car garant de la stabilité nécessaire à la pérennité de la redistribution rentière, surtout aux yeux des « insiders/accédants » qui, de par leur âge et leur statut, fournissent l’essentiel des leaders d’opinion actifs en direction de la société.
4- La monopolisation de l’offre politique de changement possible par la seule mouvance islamiste : en raison du faible impact social des partis politiques non islamistes, autres que le FLN et le RND et ce, pour des raisons complexes, notamment liées, à la fois, à l’histoire de la colonisation du pays et aux clivages culturels internes qu’elle a générés, aux orientations et pratiques politiques privilégiées après 1962 et à leur propre incapacité à formuler un projet politique commun crédible, aujourd’hui, tout changement politique substantiel apparaît comme ne pouvant pratiquement se faire qu’au profit de la seule mouvance islamiste. Un tel « verrouillage » de la problématique politique nationale, réduite dans les faits à la seule alternative « pouvoir politique en place ou mouvance islamiste » contribue pour beaucoup à renforcer le premier dans son positionnement affiché en tant que seul garant de la stabilité face aux risques, voire aux menaces dont serait potentiellement porteur tout changement en faveur de la seconde. Placés face à cette problématique binaire, pouvant paraître lourde de conséquences non maîtrisables en raison de l’histoire récente, à la fois, du pays même et de certains pays arabes, de nombreux citoyens et, en tout premier lieu, majoritairement, les différentes catégories « d’insiders/accédants » en position de bénéficier, d’une manière ou d’une autre, de la politique actuelle de redistribution, dans un réflexe de type conservateur compréhensible, ont préféré se prononcer plutôt pour l’offre politique du pouvoir en place.
5- Le souvenir toujours vivace des traumatismes individuels et collectifs liés aux évènements des années 1990 qui continuent de fonctionner comme repoussoir : la façon dont l’expérience de démocratisation de la vie politique intervenue après les « évènements d’Octobre 1988 » a été menée et les impasses auxquelles elle a abouti, avec leurs lots de violence exacerbée des années 1990, ont conduit les citoyens à plus de circonspection à l’égard des graves dérives que comporte tout processus politique dont les conditions de mise en œuvre apparaissent comme porteuses de risques non maîtrisés, notamment en termes de violence. En effet, pour l’ensemble de la société, le douloureux vécu des années 1990 continue de nourrir les imaginaires individuels et collectifs en souvenirs traumatisants dont nul ne souhaite qu’ils puissent, aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre, se renouveler. D’autant plus que, le terrorisme islamiste étant toujours actif, même s’il a perdu en intensité, le sentiment diffus demeure que le pays n’est pas totalement à l’abri d’un regain de ses activités et même d’un nouvel embrasement que la majorité de la société encore fortement traumatisée – y compris dans ses composantes jeunes - rejette.
6- L’influence négative du nouveau contexte régional dont le caractère chaotique des transitions qui s’y déroulent finit par fonctionner comme contre-exemple : en effet, les évolutions politiques en cours dans d’autres pays arabes affectés par « le printemps arabe » – particulièrement Tunisie, Egypte et, surtout, Libye et Syrie – régulièrement suivies, notamment grâce aux chaînes de télévision satellitaire arabes dont l’influence dans le pays va croissant, et évaluées, apparaissent, de plus en plus, aux yeux de l’opinion publique comme plutôt décevantes. Les majorités politiques qui se dégagent - ou semblent en mesure de se dégager – dans ces pays étant largement dominées par la mouvance islamiste, celle-ci a perdu en légitimité et crédibilité puisqu’elle n’a pas été – ou ne semble pas - en mesure d’y résoudre les problèmes rencontrés, notamment d’ordre économique, à commencer par celui de l’emploi, de manière satisfaisante ; et du moins pas aussi bien qu’elle n’avait cessé de le proclamer. Enfin, il est un facteur dont l’effet sur le comportement des électeurs algériens n’a pas été négligeable : celui correspondant à la « thèse du complot » à propos du « printemps arabe » très répandue dans l’opinion publique, mais aussi largement utilisée par le pouvoir en place. Dans une réaction de type nationaliste, tendant à démontrer une spécificité algérienne longtemps réclamée et assumée comme telle, les électeurs ont pu vouloir, en quelque sorte, prouver leur « anticonformisme » en se démarquant de la mouvance islamiste perçue et/ou présentée comme manipulée et ce, de manière tout à fait « paradoxale », par un « Occident » dont les stratégies en direction des Mondes Arabe et Musulman sont souvent analysées comme contraires aux intérêts de leurs peuples.

Aujourd’hui, avec la nouvelle majorité parlementaire qui s’annonce – probable alliance FLN/RND, ouverte ou non à une tierce force - la donne politique nationale formelle qui est apparue ne connait aucune évolution significative majeure. Elle consacre un ordre rentier précaire, dont le Président Abdelaziz Bouteflika, ainsi que l’illustrent son discours du 8 mai 2012 à Sétif et son probable plébiscite dans les urnes, se pose comme le gardien. Elle est nettement dominée par l’émergence d’un grand pôle conservateur, autour du noyau FLN/RND, fondamentalement garant d’un ordre doublement rentier et, en fait, engagé dans une course contre le temps, perdue d’avance. En raison de l’inexorable processus d’épuisement, déjà largement entamé, de ses deux sources constitutives : la rente politique, fondée sur l’instrumentalisation du patrimoine symbolique datant de la Guerre de Libération Nationale et à laquelle les nouvelles générations sont déjà et seront de moins en moins sensibles ; la rente économique, liée à la commercialisation des hydrocarbures – ressource fossile non renouvelable - sur le marché mondial et dont les réserves nationales – plutôt limitées - ne sont certainement pas inépuisables.

Pour aller à l’essentiel, le défi le plus important auquel est aujourd’hui clairement confrontée la société algérienne est celui de sortir le plus rapidement possible du scénario actuel de « croissance économique-fiction » exhibant, comme autant de preuves de son existence et de son efficacité supposées, d’une part, la croissance annuelle du PIB, basée sur une exploitation de nos ressources naturelles ; alors que cette croissance n’a aucun sens en elle-même et ne peut en avoir que si, en même temps, elle contribue directement à générer de nouvelles sources durables de création de richesses ; ce qui actuellement n’est pas le cas. Et de l’autre, une accumulation de réserves de change – actuellement de l’ordre de 205 milliards de dollars – strictement liée à la valorisation des hydrocarbures et dont le statut, en termes d’affectation productive sociale optimale, doit absolument être interrogé, en fonction de la seule grille de lecture possible : celle des réels problèmes de toutes natures que vit la société algérienne et dont la solution imposerait précisément la mobilisation productive des ressources immobilisées qui, en l’état actuel, ne font qu’aggraver le syndrome rentier en cours. En fait, la société algérienne doit aujourd’hui impérativement faire la preuve de ses capacités à créer de nouvelles richesses par la production de biens – hors hydrocarbures - de services et de connaissances et ce, en fonction de nouveaux impératifs liés à sa participation active aux échanges mondiaux, eux-mêmes actuellement caractérisés par l’importance croissante de l’économie de la connaissance. A cet égard, pour ce qui concerne la production de connaissances qui pose directement la question des capacités nationales générées par le fonctionnement des systèmes d’éducation et de formation et de la recherche scientifique et d’innovation, il convient d’être conscient de leur nécessaire articulation structurelle avec l’économie, les trois ne pouvant fonctionner qu’en étroite symbiose. Dès lors, il est vain de croire qu’un pays sans un secteur productif – hors hydrocarbures – de qualité puisse avoir des systèmes d’éducation et de formation ainsi que de recherche et d’innovation qui le seraient. L’enjeu productif est d’autant plus important que, de toute évidence, il n’y aucune autre solution possible aux graves problèmes d’emploi que connaît le pays – notamment chez les jeunes, victimes de taux de chômage et de sous-emploi exceptionnellement élevés entretenant directement leur fort sentiment d’exclusion - que l’urgente définition et application de nouvelles politiques économiques et sociales visant la mise en place d’une réelle base productive nationale. Et, ipso facto, refondant les conditions de la répartition de la richesse ainsi créée en fonction de critères d’efficience centrés sur le travail, la créativité et le mérite. Dans le contexte actuel du pays, où elles sont plus pertinentes que jamais, les premières lignes du dernier chapitre de la « Théorie Générale » de l’économiste John Maynard Keynes méritent d’être relues et méditées : « Les deux vices marquants du monde économique où nous vivons sont le premier que le plein emploi n’y est pas assuré, le second que la répartition de la fortune et du revenu y est arbitraire et manque d’équité. »

Les élections législatives qui viennent de se dérouler continuent de maintenir la société algérienne – comme depuis longtemps - dans une situation nettement caractérisée par la domination des apparences et des enjeux formels au détriment de la prise en charge des véritables problèmes auxquels elle doit faire face. Sa jeunesse surtout, dont les différentes modalités de réponses à ses immenses besoins doivent devenir la référence majeure des politiques à conduire dans tous les domaines. Et ces dernières élections ne peuvent avoir de sens – comme phase nécessaire mais non suffisante - que si elles permettent l’émergence des conditions de définition et de mise en œuvre de ces nouvelles politiques dont l’urgence s’impose. Or, de ce point de vue, comme déjà souligné, la base électorale – et donc aussi nécessairement sociale - étroite du pouvoir politique qui se dessine n’incite guère à penser que cette très forte contrainte pourra, du jour au lendemain, être levée par les simples processus politiques formels inhérents aux lendemains de telles échéances électorales, tels qu’un simple changement de gouvernement. Car il ne faut pas s’y tromper ; si l’on en juge par l’importance, à la fois, des défis de toute nature qui sont ceux de la société algérienne, en général, et surtout des sentiments d’exclusion qui existent chez une très grande partie de la jeunesse, en particulier, la « victoire » du pouvoir politique en place intervenue aux élections législatives est clairement en trompe-l’œil. Réinscrite dans le contexte général des évolutions profondes de la société et de l’ensemble des données caractérisant le processus électoral, elle ne modifie en rien des processus sociaux structurellement complexes toujours à l’œuvre et pouvant, demain, à tout moment, générer des formes de violence d’une intensité bien supérieure à celle qu’aujourd’hui nous connaissons dans des émeutes locales aussi largement répandues que facilement contenues.

En dernière analyse, la société algérienne – par le biais de ses élites, dans toute la diversité de leur composition, militaire comprise car partie prenante majeure du pouvoir politique réel et rarement interpelée sur les fondements de la légitimité de ce statut - doit s’organiser pour négocier de manière ouverte et démocratique les conditions d’un « nouveau pacte social », comme condition de la formulation - plus complexe et plus longue à faire mûrir -d’un véritable « projet de modernité » dont la pertinence historique ne saurait se démentir. Un tel « pacte » doit accompagner le changement de cap qui, de plus en plus, s’impose en raison des très nombreux risques systémiques pesant sur l’avenir du pays et en menaçant directement la stabilité. Qu’ils soient internes (croissance démographique encore significative, sous-emploi et chômage importants, limites des réserves en hydrocarbures, capacités limitées du marché national, contraintes liées à l’aménagement du territoire, conséquences directes dans le pays des crises climatique et écologique mondiales…) ou externes (crises climatique et écologique mondiales, turbulences probables liées aux évolutions de l’économie mondiale entrée dans une phase relativement longue de reconfiguration des rapports entre ses principaux acteurs avec d’inévitables ondes de choc et répliques vers « le reste du monde », instabilité prévisible de l’environnement régional notamment dans toute la zone saharo-sahélienne…).

Ce « pacte » visera à assurer en priorité une transition économique effective vers les exigeantes réalités d’une nouvelle sphère nationale de la production de biens – hors hydrocarbures – de services et, surtout, de connaissances fonctionnant au diapason des rythmes du monde dans lequel nous vivons. Ce « pacte » suppose, d’une part, une large alliance entre toutes les forces sociales et politiques attachées à l’émergence d’une économie nationale basée sur une nouvelle logique productive, orientée vers la satisfaction des besoins des jeunes générations et marginalisant progressivement l’impact de la rente. Et, de l’autre, le fonctionnement efficient d’un Etat fort de plus en plus stratège et de moins en moins directement entrepreneur, à l’exception d’activités stratégiques strictement définies comme telles. Lui seul est en mesure d’assurer une sortie « par le haut » consensuelle et non-violente des trop faciles illusions rentières qui, insidieusement, chaque jour un peu plus, aggravent la crise complexe - y compris morale, comme le prouve l’extension du phénomène de la corruption - que vit le pays et compromettent ses perspectives d’avenir. En même temps que sa dimension économique, ce « pacte » comportera également une dimension politique visant à assurer, par delà tout fonctionnement institutionnel formel du système démocratique, souvent vidé de son contenu dans les pratiques quotidiennes effectives qui le caractérisent, la mise en place de l’ensemble des pouvoirs et contre-pouvoirs dont l’architecture des équilibres respectant le principe de « accountability/redevabilité » - soit la nécessité pour chaque acteur social de rendre des comptes à la société - est la seule garante du fonctionnement d’une démocratie réelle et d’une économie efficiente.

De manière plus générale et pour conclure en abordant une dimension ontologique, incontournable dans la crise que nous vivons, je dirai, en paraphrasant une formule célèbre, que, tout comme on ne naît pas rentier et qu’on le devient, il est tout aussi possible d’évoluer en sens inverse et donc, un jour, de ne plus l’être ; il suffit de le vouloir. Car il convient de ne jamais oublier une saine règle d’éthique – individuelle et collective – que l’écrivain français André Gide avait ainsi formulée : « Il est bon de suivre sa pente, pourvu que ce soit en montant. » En effet, sinon, toute pente – à commencer par celle, doucereuse, de la rente - ne peut être que fatale.

Article publié dans le quotidien le soir d’Algérie.