Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Itinéraire d’une femme française

Hamida Ben Sadia, Itinéraire d’une femme française, Bourin, Paris, 2008,19 €.

Dans ce récit autobiographique, Hamida Ben Sadia rapporte sans complaisance ni pathétique exagéré le parcours d’une femme algérienne née en France et soumise, comme tant d’autres, au mariage forcé et à la tyrannie domestique auxquels elle a pu échapper. Se démarquant, selon son propre aveu, des récits manichéistes tournant parfois à la caricature qui l’ont précédée sur ce thème, l’auteur rapporte une enfance heureuse, dans une famille kabyle plutôt bien intégrée dans la société française. Le père, travailleur acharné, prône à ses enfants « l’art du travail bien fait », mais n’échappe pas à la violence sous l’effet de la souffrance due aux difficultés matérielles, à l’exil, ainsi que de l’alcool dans lequel il se réfugie. La mère se raccroche davantage aux valeurs traditionnelles de son origine qu’elle transmet aussi à ses enfants. Chacun d’eux aura un parcours particulier, entre deux cultures.

Mais c’est le sien qu’Hamida nous fait suivre plus particulièrement, selon trois périodes de sa vie : à Clamart d’abord, où se révèlent en elle un profond goût pour la liberté et la volonté d’engagement politique. En Algérie ensuite, où elle se retrouve prise au piège d’un mariage forcé, trahie par un père qui n’a pas su résister à la pression familiale, contrainte à vivre selon des traditions qu’elle connaît peu et qu’elle ne peut accepter face au manque de respect dont elle est l’objet. Alternant périodes de soumission, de révolte, de courage, de désespoir, de dépression, elle finit par obtenir le divorce, mais doit partir sans ses enfants. Sa vie, sa liberté sont à ce prix. A Paris, elle se retrouve sans formation, sans papier… et ce sont de nouveaux combats, des engagements aussi, dans les débats qui animent la France comme dans le drame qui secoue son Algérie.

C’est la vision marquée de recul et d’objectivité de deux mondes, avec en toile de fond les problèmes sociaux et politiques intimement liés à la vie de celle qui deviendra membre du comité central de la Ligue des droits de l’homme.