Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

ISLAM ET CORAN Idées reçues sur l’histoire, les textes et les pratiques d’un milliard et demi de musulmans

ISLAM ET CORAN Idées reçues sur l’histoire, les textes et les pratiques d’un milliard et demi de musulmans, Paul Balta, Michel Cuypers, Geneviève Gobillot Editions Le Cavalier Bleu, Paris, 2011.

Le sous-titre de l’ouvrage dit l’ambition des trois auteurs, tous fins connaisseurs du monde arabe et de l’islam : lutter contre l’ignorance et, pire, contre les préjugés sur lesquels tablent les débats politiciens du moment (sur l’identité nationale, sur la compatibilité de l’Islam avec l’ordre laïque). La démarche est intéressante et, on l’espère sera efficace, en ce qu’elle part d’un certain nombre d’affirmations généralement admises qui aboutissent à faire de l’islam, du Coran et des musulmans eux-mêmes, des êtres étranges, enfermés dans une radicale différence. Pour dénoncer la fausseté de cette vision, rien de mieux qu’une approche thématique où sont épinglées toutes les erreurs : Gustave Flaubert, tout réactionnaire qu’il fût, se serait régalé de ce dictionnaire qui traque l’ignorance et, souvent, la sottise.

Dans un premier volet, portant sur « l’Islam dans l’histoire », les auteurs s’attachent à déconstruire des erreurs courantes, du type : « Mohamad est l’auteur du Coran », ou encore : « La civilisation arabo-musulmane n’a rien inventé ». Dans un second volet, qui touche aux « fondements de la foi », sont mises en pièces des certitudes allant de : « Le texte du Coran est fixe, depuis l’origine », à : « On ne peut pas traduire le Coran ». Le troisième volet, consacré au Coran et à la pratique de l’Islam, traite de méconnaissances fréquentes telles que : « L’islam interdit l’interprétation du Coran  », ou encore : « Le Coran oblige la femme à se voiler ». Les deux derniers volets de l’ouvrage (« La société musulmane » et « Islam et monde moderne ») contestent nombre d’autres préjugés également bien ancrés comme « l’islam est une religion intolérante », « l’islam est incompatible avec la laïcité », « l’islam ne respecte pas les droits de l’homme »…

La méthode suivie consiste, pour chaque « idée reçue », à exposer, d’un côté les positions de la tradition islamique, de l’autre celles de la critique moderne, à la fois historique et littéraire, qui aborde le texte avec les instruments de la recherche rationnelle. Ajoutons qu’un glossaire et des références bibliographiques complètent un «  manuel » qui, en ces temps de confusion et d’instrumentalisation des peurs de l’autre, apparaît comme un outil très utile au service de la raison.