Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Guerre du Liban, un Israélien accuse

Uri Avnery, Guerre du Liban, un Israélien accuse, L’Harmattan, Collection, « Les Cahiers de Confluences », 2006, 124 pages, 12 €.

La guerre lancée par l’Etat d’Israël contre le Liban après la capture de deux soldats israéliens par le Hezbollah a crevé les écrans du monde entier pendant l’été 2006. Elle a provoqué une onde de choc qui est loin d’être retombée. Car le monde a ressenti plus ou moins nettement que cette guerre, déjà terriblement dévastatrice, n’était probablement qu’une étape nouvelle dans un affrontement entre l’Occident et l’Islam ou entre le monde judéo-chrétien et le monde musulman. Après le Liban, ce sera peut-être la Syrie, plus probablement encore l’Iran, qui risquent de faire les frais de cette guerre globale dont les contrecoups toucheront inévitablement l’espace euro-méditerranéen. En Israël, le consensus en faveur de cette guerre a été quasi total. L’opinion publique a intégré le paradigme du conflit des civilisations et semble prête à soutenir l’aventure militaire extérieure, y compris sous ses formes les plus violentes et extrêmes. La certitude d’en avoir les moyens militaires conforte cette vision du monde. Dans ce contexte d’union sacrée, il fallait pour un Israélien être d’une trempe exceptionnelle pour analyser, démystifier, décrypter une guerre fondamentalement contreproductive et finalement perdue. Ils ne furent qu’une poignée dans ce cas. Le mérite d’Uri Avnery a été dès le premier jour de démontrer la profonde stupidité d’une guerre menée par son pays. Deux fois par semaine, ce journaliste – pacifiste – a été un chroniqueur impitoyable dont la lucidité, après la fin de cette guerre, est une fois de plus démontrée. La définition du journaliste comme « historien de l’instant » apparaît ici dans toute valeur.

Déjà paru du même auteur dans la même collection : Chronique d’un pacifiste israélien pendant l’Intifada (septembre 2000 - septembre 2002), 310 pages, 25 €