Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Gjirokastër, la ville de pierre

Ismaïl Kadaré, Gjirokastër, la ville de pierre, Traduction Edmond Tupja, photographies Etienne Revault. Ed. Michalon, Paris 1997, 111 pages

Ismaïl Kadaré est décidement un homme étonnant. Reconnu comme un des plus grands écrivains de la fin du XXème siècle, il a aussi servi de "façade", voire de "faire valoir" à la dictature stalinienne la plus terrible d’Europe. Après avoir écrit nombre de romans à succès, désormais, il annote des albums de photos. Il l’a déjà fait avec la publication l’an passé des photos de la fondation Murabi présentant l’Albanie du milieu du XIXème siècle à la fin des années 30. Aujourd’hui, il réitère autour des photos d’Etienne Revault sur la ville de Gjirokastër, sa ville natale dans le sud du pays, non loin de la Grèce et de la Macédoine, cette ville à laquelle il a consacré un roman, Chronique de la ville de pierre, paru chez fayard en 1985. Gjirokastër qui n’est autre qu’Argyrokastro, est une ville grecque de l’Epire du nord, soeur jumelle inversée de Ioannina, cette ville grecque albanaise de l’Epire du sud. L’architecture y a construit des bâtisses proches des réalisations des Causses du sud du Massif central français, en particulier au niveau des toits en lauses et de l’épaisseur des murs. Cette puissance des bâtiments construits à flanc de collines dans une zone sismique est aussi à l’origine d’une mentalité particulière que l’on retrouve au fin fond du Péloponèse dans le Magne. Les murs de pierre des villes de pierre protègent...