Suivez nous!

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

Economic and political change in Tunisia From Bourguiba to Ben Ali

Emma Murphy, Economic and political change in Tunisia From Bourguiba to Ben Ali, Macmillan Press, London, 1999, 279p.

Les études sur la Tunisie traitant des changements à la fois économiques et politiques sur les quinze dernières années ne sont pas légion. C’est pourquoi le livre d’Emma Murphy offre une occasion relativement rare pour en mesurer l’importance et en saisir la dynamique. L’auteur met l’accent dans une première partie sur la montée et la crise de l’Etat tel qu’il a été bâti par Habib Bourguiba (1956-1987). Le concept de corporatisme est une grille de lecture éclairante pour analyser la structure et le fonctionnement du système post-indépendance. C’est ainsi que la crise qui s’annonce à partir de la fin des années 70 est appréhendée comme une désarticulation du modèle corporatiste, due au décalage entre les aspirations populaires suscitées par le modèle et la croissance économique insuffisamment dynamique de cette période. Elle aboutit en novembre 1987 à la destitution d’un Bourguiba dont « la crainte de faire tanguer un navire déjà gravement instable » explique le retard dans l’application des mesures d’« ajustement structurel ». La deuxième partie du livre porte sur les mesures de libéralisation entreprises à partir de 1986 avec la signature du Programme d’ajustement structurel (PAS). A travers l’examen de leur champ d’application, de leur rythme et de leur articulation avec le système politique, l’auteur se penche de près sur les politiques économiques mises en oeuvre par les 7e (1987-1991) et 8e (1992-1996) plans. Aussi, tout en reconnaissant la stabilisation macro-économique permise par le 7e plan et la consolidation d’une bourgeoisie commerçante facilitée par le 8e, il s’interroge dans la dernière partie du livre sur les conséquences sociales et la nouvelle place de l’Etat et de la société sous Ben Ali. On peut reprocher à l’ouvrage un manque de connexion entre une première partie, plutôt théorique, assez riche, et une deuxième partie, plus descriptive, et où les promesses de la première partie – notamment d’analyse de l’interaction des dynamiques politique et économique – ne sont pas entièrement tenues. Cet ouvrage n’en demeure pas moins une référence pour quiconque veut comprendre l’évolution récente de la Tunisie.