À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

De l’Egypte à l’Ethiopie, quand la puissance se déplace en Afrique nilotique

Pierre Blanc: Rédacteur en chef de Confluences Méditerranée, Chercheur au Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM)

« L’Egypte est un don du Nil ». Cette formule qui nous vient d’Hérodote a été encore vraie dans la période contemporaine, tellement l’Egypte a fait de ce fleuve l’allié de son développement. Profitant de son avance politique et militaire et de ses atouts géostratégiques, le pouvoir central égyptien a pu valoriser les ressources qu’offre le fleuve en termes de sécurisation alimentaire et énergétique. Mais l’affirmation des Etats en amont du bassin du Nil modifie aujourd’hui le statu quo. Sortie de ses vicissitudes d’un « présent historique » à tout le moins tragique, l’Ethiopie est à l’avant-garde des Etats d’amont qui remettent en cause l’avantage de l’Egypte. En surplomb de la question de l’eau, c’est tout un réaménagement du rapport de force qui se noue dans le bassin du Nil, et c’est donc en ces termes que nous décryptons ici la donne hydropolitique ; en sachant que les rapports de puissance n’ont pas forcément le dernier mot dans les relations internationales.