À l'iReMMO

Dernier Numéro

design by Studio4u
And Patrick Habis

425 chats, leurs chiens et autres bestioles

Remo Forlani, 425 chats, leurs chiens et autres bestioles, Remo Forlani Textuel, 2004, 216 pages, 29,50 €

Certains se veulent siamois, voir persans, pourtant le berceau historique du chat est historiquement méditerranéen. Les Egyptiens antiques en ont fait des dieux taillés dans la pierre et aussi momifiés. Pas une taverne grecque, une ruelle, une stoa, sans une bande de chats plus ou moins faméliques, plus ou moins voyous et voleurs. Mais ils sont aussi présents sur tout le pourtour de la Méditerranée : sur les docks d’Alger, dans le Colisée de Rome… Ce n’est peut-être pas un hasard si l’auteur est un Méditerranéen, écrivain, poète, auteur de pièces de théâtre, chroniqueur… Cette fois, ce toucheà- tout a décidé de faire une sorte de bande dessinée dédiée aux chats qu’il adore. Chaque page est une aquarelle mettant en scène les chats, tout en les faisant parler. Visiblement Remo Forlani a appris à parler le chat, cette langue internationale qui a plus de locuteurs que l’espéranto.

Quelques exemples croustillants : « Un chat est un chat, soit un animal que même monsieur Buffon s’est cru tenu de débiner dans sa monumentale histoire naturelle. Il est vrai que, mis à part ses besoins, le chat fait tout moins bien que les autres animaux. Il n’est ni fidèle comme le chien, ni rapide comme le lièvre, ni noble comme le cheval, ni bricoleur comme le castor, ni… Le chat est paresseux, gourmand, voleur dès qu’il le peut et sournois, cruel, égocentrique et fripon ». Autre planche : une chatte avec ses petits : « Sept ! sept. D’un coup. Vous imaginez  ? Et sans la moindre assistance psychologique. Sans rien ».

Puis, un chat parlant à sa belle : « Les autres y deviennent du manger ou y grattent dans les cirques ou y tirent des charrues dans le tiers monde ou y sont chiens policiers ou cobayes dans les labos. Et nous, à rien on sert. Des inutiles on est ». La chatte allongée, souriante, répond : « Et alors ? ».

Un chat trop bien nourri : « Etre chat c’est le rêve. Même moi qui suis moche, obèse, grognon, voleur et toujours en train de griffer, mes maîtres m’adorent ». Un chat face à un chien policier avec muselière lui dit : « Formidable ton machin là. Non seulement c’est d’un chic fou, mais en plus, je peux même te dire sans risque que t’es rien qu’un gros sale con ». Un autre face à un chien : « C’est un engrenage. Si t’obéis une fois, une seule, après c’est foutu pour la vie ».

Un matou moderne nourri aux croquettes, face à un rouge-gorge : « Logiquement, je devrais le dévorer. Mais cru, pas cuisiné, ça me dit vraiment pas ».